Du général au particulier

Quand c'est le sexe qui dirige la vie, ça peut être dangereux.
Quand c'est l'impuissance, ça peut devenir grave.

Si on aime ce qui est rigide

_______________________________

Une arme si puissante, comme une ligne informatique
Image et texte

D'où la plaisanterie
mieux vaut avant parce que après, c'est pendant.


Je plante des clous partout
je suis un poinçonneur des iles là

. .. ... ..... ........ ............. .....................

un fer à repasser de Man Ray aussi bien

un javelot vu du dessus .

C'est une présence, moins c'est le néant.
Plus et c'est déjà une échelle qui coule deux sources.
Si signe de paix, signe de guerre, chacun prend son tain de jeu.

Dire que ça roule est un euphémisme pour l'homme écran

3 commentaires:

soleildebrousse a dit…

Les oracles n'ont jamais été mon fort.
J'ai lu plusieurs fois essayant de comprendre ce que tu voulais me dire en me proposant ce texte à lire.
Par association d'idée, j'ai pensé que je ne voyais pas le jeu de mot avec Man Ray.. que l'on devrait tous vivre au moins une fois pendant un laps de temps défini sur une île... que oui, l'impuissance ou l'absence de sexe était un truc insupportable dans la société dans laquelle on vivait.. mais qu'on pouvait tous se déconnecter, et que les idées préconçues nous faisaient croire que passé un certain âge le sexe n'existait plus en tant que tel. Alors ensuite, j'ai pensé que j'espérais que la vie me laisserait la possibilité de vérifier et que pour le moment j'en étais très loin (pas de la vérification).
Et puis, je me suis dit "mais que vais je répondre"... et voilà.
à part ça tout va bien. Moins j'écris et moins j'ai envie d'écrire. Et mon vide s'élargit.
Homme écran ?

Derviche typo matamore II a dit…

Oracle. Oui, c'est une façon de voir les choses que j'aime beaucoup. Du temps où les grecs n'avaient pas totalement fermé le monde à l'ignorance. La folie actuelle multipliée par le veau d'or. Ce qui sera également sa perte, la source même de sa destruction, la sagesse retrouvée et propagée, disséminée. Sans me citer, je parlerai plus facilement de points de concordance d'univers différents. Un jeu d'images en quelque sorte, pour Man Ray. Accepter les multiples sans désirer une vérité immédiate est un bon pas. C'est une question de temps d'énumérer les choses comme tu le fais, d'y grossir ou de réduire les éléments choisis. Quelque chose de volontaire se mue en douceur, imagine les chemins en partance sans toi. Le vide qui s'agrandit par l'éloignement de connaissances qui se restituaient est aussi un bon chemin vers la dépression ou le nihilisme ou je sais pas quoi. Je crois que tout cela va un peu au même endroit. Le vide qui s'agrandit par la connaissance de ses besoins, de ses désirs, de ses intentions profondes quand à ses actions vers l'extérieur, l'éloignement des choses pour en laisser venir d'autres que la peur ne balaye plus, celui-là laisse la place à une paix profonde. Il s'en suivit chez moi une nouvelle connaissance qui n'était plus partielle. L'égo se dilue de lui-même et le chemin de l'être se place d'évidence. Je n'en étais pas là quand j'ai écrit cette note il y a une éternité. Homme écran, oui, encore maintenant, même si je suis en train de changer d'état. Ce qui fait que je suis bien occupé :) On ne se trompe jamais quand on suit son coeur. N'importe quel abruti sait ça normalement. Pourtant, quelque chose ici me gêne profondément.(....gouik!..) J'ai pris l'habitude de parler particulièrement en général. Et je crois que tu sais comme j'aime les chefs :))) Et ceux qui les suivent :))) Nous sommes sur deux théâtres, deux plateaux, deux décors, deux acteurs, deux spectacles, deux costumes, deux esprits et pata ti et pata ta. Bref, du même monde. Oui ? :)

Soleildebrousse a dit…

Quelle joie à partager ainsi une fois de plus. Je nage dans le monde des idées. Obscure souvent, parfois sereine.
J'écoute attentive aussi.Merci pour cette lumière en ma journée.

Archives du blog

Nota

Sauf indication contraire, toutes les terres proviennent de :
Atelier Rinck