Marche arrière



C'est comme un cordon qui s'étire ou se resserre.
Il n'y avait là qu'un peu de temps.
J'en ai souvent mesuré l'arrachement.
Il aurait fallu une chose de plus, une chose de moins.
Quelques notes tomberont encore, avec la régularité inhumaine du métronome.
Cette machine n'était pas pour moi. Pas ainsi. Trop tôt, ou trop tard.
L'idée même que quelque chose puisse exister, même au ras des pâquerettes, est souvent une jubilation d'enfant.
Dans ce qu'il est possible de dire ou de faire, j'en vois parfois 36 chandelles.

3 commentaires:

valse a dit…

Bel escargot néant-moins au bois seyant....

mandoue a dit…

tiens chez toi aussi ces mots, qu'ailleurs j'entend(ai)s chanter aussi, jamais là au bon moment soit trop tôt, soit trop tard, mais le temps toujours, d'ailleurs...

Pixel bleu a dit…

Valse : Pas merci;-) Tu as reconnu tes mots?

Mandoue : ... s'accorde?

Archives du blog

Nota

Sauf indication contraire, toutes les terres proviennent de :
Atelier Rinck